Construction des phrases en coréen

Le coréen s’écrit de gauche à droite et de haut en bas, comme dans les langues latines. Mais pour un francophone, l’une des difficultés du coréen tient à la construction de la phrase. Si le coréen utilise les mêmes types de fonctions (sujets, adjectifs, verbes, compléments), la manière dont les mots sont ordonnés diffère du français.

I - Niveaux et styles de langage

C’est une particularité que l’on rencontre également en japonais : le coréen utilise 5 registres de langage différents, dont nous verrons ultérieurement l’usage, mais qui, schématiquement, correspondent aux situations suivantes :

-       un style dit « familier » (반말) qui correspond au langage familier ou argot en français ;

-       un, ou plutôt deux styles « neutres », utilisés pour parler à soi-même ou dans des textes et articles de journaux ou notifications ;

-       un style dit « poli informel » (존댓말) qui correspond à un niveau standard ;

-       un style dit « poli formel » (존댓말) qui correspond a minima au vouvoiement français ;

-   un niveau dit « honorifique » qui est utilisé pour exprimer son respect au sujet de la phrase. Dans la grammaire coréenne, le style formel est considéré comme une forme de respect pour l’interlocuteur (객체높임), le niveau honorifique comme une forme de respect pour le sujet (주체높임). 

Le dernier niveau doit être considéré comme d’un usage différent des quatre styles précédents (d’où la terminologie différente employée, à dessein), car il peut être utilisé de manière concomitante avec tous les autres styles dans la même phrase ou le même verbe et se combiner à eux. Ceci sera expliqué dans la leçon relative au style honorifique.

Styles et niveau de langage

Familier

 


Honorifique

Neutre

Poli informel

Poli formel

 









Toutes les règles expliquées ci-après dans cette leçon s’appliquent à ces 5 styles et niveau.

II - Typologie des phrases

Comme dans la plupart des langues, le coréen utilise des phrases affirmatives, négatives, interrogatives et impératives ainsi qu’une (sous-)catégorie dite « propositive ».

Par rapport au français, les particularités sont les suivantes :

- L’usage de la ponctuation (point, virgule, point-virgule, point d’interrogation, point d’exclamation, points de suspension, guillemets) est similaire à celui du français, toutefois, la ponctuation est plus discrète et moins rigoureuse (elle n’a été introduite qu’au XXème siècle).

- La phrase interrogative ne se caractérise pas par un ordre de mots spécifique par rapport à la construction affirmative, notamment pas par l’inversion sujet/verbe (cf. infra). Elle est caractérisée par un point d’interrogation en fin de phrase à l’écrit et par une montée de l’intonation de la voix à l’oral.

- Ce qu’on appelle, dans les méthodes coréennes en anglais, la phrase « propositive » ou « suggestive », et que certains grammairiens appellent également l’exhortatif, correspond en fait à la première personne du pluriel de l’impératif en français (sortons, mangeons, et.). Ce qu’on appelle proposition impérative correspond en français à la seconde personne du pluriel de l’impératif (mangez, sortez, etc.).

III – L’ordre des mots dans la phrase

Le sujet est parfois omis, ce qui peut laisser place à une certaine ambiguïté lorsqu’il n’y a pas de contexte : 사과를 (pomme) 먹어요 (manger) : je/il/elle/nous mangeons une pomme. Dans les exemples qui seront utilisés dans cette grammaire, nous choisirons souvent une personne arbitraire.

Le coréen a adopté le système du « génitif saxon », mais pas seulement pour les compléments de noms : autrement dit, l’adjectif épithète, et même la subordonnée ou les compléments, précèdent le nom auquel ils/elles se rapportent. Prenons un exemple avec une pomme (사과) rouge (빨간) achetée () au (에서) marché (시장) : 시장에서 산 빨간 사과.

1ère règle : le verbe est toujours placé en fin de proposition (comme dans les subordonnées en allemand) : ainsi en coréen, plutôt que d’écrire : « je mange une pomme », on écrira : « je une pomme mange » : 저는 사과를 먹어요. (Il existe quelques exceptions stylistiques comme dans les poèmes, pour les énumérations, petites annonces, etc.).

2ème règle : la marque du pluriel est –. Cette terminaison se rajoute à la fin du mot singulier pour le transformer en pluriel. Exemple : 사과 (une pomme) -> 사과들 (des pommes). Elle est combinable avec les autres terminaisons. Elle n’est pas obligatoire.

3ème règle : dans la phrase en coréen, on met un espace entre : un adjectif/verbe de qualité ou descriptif et un substantif, un adverbe et un verbe, deux substantifs, un substantif et un verbe, deux noms propres, un nom et (qui est systématiquement utilisé pour interpeler les personnes) et avant un substantif. En revanche, on ne met jamais d’espace entre un substantif et une post-position ou particule.

Exceptions : 

- noms d’organismes. Exemple : 한국문화원 (Centre culturel coréen) ;

- noms spécifiques composés. Exemple : 하늘색 (bleu-ciel, littéralement : couleur ciel) ;

- adjectifs verbaux en –하다 (lexicalisé). Exemple : 공부하다(étudier).

Au total, mis à part le sujet, qui est généralement placé en début de phrase, l’ordre des mots est donc globalement inverse de celui du français, ce qui exige une véritable gymnastique intellectuelle : pour un esprit francophone, il faut en effet « penser » entièrement sa phrase avant de l’énoncer. Ceci est encore plus vrai à l’écrit qu’à l’oral (où les phrases sont en général assez courtes) : quand un francophone lit un article de journal, dès que l’on a trouvé le sujet, il faut aller tout de suite à la fin pour trouver le verbe et remonter la phrase en sens inverse (de la droite vers la gauche).

Ce n’est qu’en pratiquant que l’on peut y arriver facilement. Il n’en reste pas moins vrai qu’il n’est pas possible en coréen de commencer une phrase tout en réfléchissant à la fin, comme on peut le faire par exemple en anglais, ce qui rend l’élocution moins fluide, puisque tout doit être intellectuellement construit à l’avance. Il n’y a malheureusement pas de recette miracle ! mais vous nous conseillons de faire des phrases courtes pour éviter de se perdre dans les méandres du coréen !


Pour télécharger cette leçon en format PDF : Leçon 3Leçon 3

Créé avec Mozello - la façon la plus simple de créer un site Web.

 .