Approche adoptée

L’ambition de nos e-books est limitée au niveau débutant-intermédiaire, c’est-à-dire approximativement à un niveau B1 dans le système du cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL).

Ces ouvrages se veulent didactiques, méthodiques et légers afin de servir de référence et d’outil de révision en déplacement ou en cours. Ainsi, ils ne comportent pas d’exercices et les exemples données sont en nombre réduits, dans la mesure où d’autres exemples n’apporteraient rien de plus à la compréhension, à défaut d’aide à la mémorisation.

a) La présentation est divisée cinq grandes parties, selon un principe « d’entonnoir » (du plus général au plus spécifique) :

- une première partie traite des bases que sont notamment l’alphabet, la prononciation et la construction de la phrase ;

- la seconde partie traite de la conjugaison (temps, auxiliaires, verbes irréguliers) ;

- la troisième partie porte sur la morphosyntaxe (sujets, compléments) ;

- la quatrième partie explicite quelques expressions idiomatiques (comme exprimer par exemple l’idée « être sur le point de… ») ;

- la cinquième partie traite de questions de vocabulaire (dates, heures, placement, direction, etc.).

b) A chaque fois que cela était possible, nous avons présenté les leçons selon la structure suivante : 1) usage de la particule ou de l’expression 2) formation/construction 3) exemples 4) exceptions 5) une rubrique intitulée « pour aller plus loin » qui présente des notions plus complexes pour des étudiants de niveau intermédiaire.  

Nous avons essayé de concilier les notions de la grammaire classique des années 70-80 avec les méthodes pédagogiques plus récentes, issues des programmes de l’éducation nationale française de 2002, 2007 et 2008.

Stricto sensu, il est possible de se contenter d’assimiler les trois premières parties pour « parler » ou « écrire » le coréen avec du vocabulaire de base. Les seconde et troisième parties sont interchangeables. La quatrième partie n’a pas vocation à être exhaustive - car il y a beaucoup de constructions idiomatiques -, et encore moins la cinquième et dernière partie.

La première partie doit être assimilée en premier. Les parties 2 à 5 sont rédigées de manière progressive : ainsi une méthode pour apprendre pourrait consister à étudier le premier chapitre de chacune de ces parties successivement, puis le second et ainsi de suite. Compte de la longueur respective de ces parties, l’étudiant aura terminé la syntaxe et le vocabulaire en premier, puis la conjugaison, et enfin les expressions idiomatiques.

Il n’est toutefois pas possible d’apprendre le coréen sur la base de cette simple grammaire, contrairement à une méthode de langue classique progressive, car nous avons dû avoir recours à des références croisées entre chapitres, parfois éloignés les uns des autres, afin d’être aussi exhaustif que possible. Si le lecteur est un (faux-)débutant, certaines règles lui paraîtront nécessairement compliquées, et nous lui conseillons donc de lire cet ouvrage à deux reprises, à environ un an d’intervalle, en évitant, pour les débutants, de prendre connaissance de la rubrique « pour aller plus loin » afin qu’ils se concentrent sur l’assimilation des règles de base.

Créé avec Mozello - la façon la plus simple de créer un site Web.

 .